j'erre à travers mon beau paris

Antiguide de la ville

 

 

Serveur d'images, de souvenirs et de réflexions
surgis au hasard des rues

  • plume
  • monogramme

  • dans le fracas apaisé des épées de mélancolie


    À deux pas du Jardin des Plantes, vous trouvez la rue de l'Épée de bois. Près de Saint Michel, ce sont les épées de France qui vous attendaient, sous les voûtes du musée de Cluny. Du 28 avril au 26 septembre 2011, dans une exposition organisée pour mettre en lumière les « usages, mythes et symboles » d'un instrument de civilisation noyé dans les nostalgies, les contes et les légendes.

    L'assaut du château d'Amour
    et scènes de romans courtois
    Coffret


    « Pour atteindre le château de Méléagant et libérer la reine Guenièvre, Lancelot doit franchir le Pont de l'Épée qui symbolise les sacrifices que l'on peut consentir pour gagner les faveurs de la femme désirée.

    Paris - premier tiers du XIVe siècle - ivoire, cuivre doré

    Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge - cat. 73 »

    « Et maintenant j'ai trop de peine
    Les sept épées hors du fourreau

    Sept épées de mélancolie
    Sans morfil ô claires douleurs
    Sont dans ton cœur et la folie
    Veut raisonner pour mon malheur
    Comment voulez-vous que j'oublie »

    Apollinaire a-t-il vu ce coffret et y pensai-il en décrivant ses sept épées de mélancolie ? Quand la Chanson du Mal-Aimé vous montre Pâline, Noubosse, Lul de Faltenin, Maroulène ou Sainte-Fabeau, vous éprouvez à chaque fois les douleurs de l'amant aux prises avec le désir, avec la grâce lointaine de celle qu'il attend. Qui l'attend ?

    « Crâne portant des coups d'épée.
    Ce crâne porte la marque des quatre coups d'épée distincts. L'individu a survécu à ses blessures, puisque l'os s'est reformé au niveau des entailles.
    Ve - VIIIe siècle

    Sion-sous-le Scex,
    musée d'Histoire du Valais - cat. 60 »

    Bien aimé. Les épreuves n'ont pas révélé sa valeur de naissance. Elles lui ont donné sa raison de vivre après qu'il rencontré sa belle et qu'il l'eut conquise, et qu'elle lui eut brise lé cœur et la tête, et qu'elle eut été son amante attentive, le soignant et le faisant vivre, du Ve au VIIIe siècle.

    Joyeuse



    « Épée du sacre des rois de France, dite Joyeuse, ou épée de Charlemagne et son fourreau.
    Même s'il s'agit d'un assemblage postérieur au règne de Charlemagne, Joyeuse, instrument du sacre, est le symbole le plus illustre de la royauté française mais également une merveilleuse épée légendaire, célébrée dans les chansons de geste.
    Pommeau : Xe - XIe siècle - quillons : XIIe siècle - fusée : XIIIe et XIXe siècles - or, acier, perles de verre, argent doré, pierres, velours brodé
    Paris, musée du Louvre,
    département des Objets d'art - cat. 15 »

    Épée de la tombe dite de Childéric

    Les fragments de cette épée dont la lame a disparu ont été retrouvés avec d'autres pièces luxueuses dans la tombe de Childéric, père de Clovis, premier roi Franc. La charge symbolique de cet ensemble conduisit Louis XIV à d'âpres négociations pour son acquisition.

    Gaule - 481 - or, grenats sur paillions d'or - découverte à Tournai en 1653, dépôt dans le trésor des Habsbourg en 1665, dépôt à la Bibliothèque royale

    Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, Médailles et Antiquités - cat. 1

    Quant aux rois, sacrés, bénis, obéis et trahis, quel est donc leur destin ?
    Conquérir des terres, soumettre des peuples, surveiller ses ennemis, se préserver de ses amis et les tenir sous les auspices de la terreur, aimer son peuple comme on aime ce qu'on possède.

    Heureux sont ceux qui vivent dans les mémoires héroïques, dans les épopées dont les vers homériques bercent les consciences.


    Malheureux à jamais ceux qui ont pactisé avec leurs frères, sœurs et cousins pour asservir leur peuple.

    « Vitrail : chevalier tuant un roi

    Équipé d'un heaume et d'une cote de mailles, ce chevalier tranche la gorge d'un roi d'un coup d'épée.
    Il pourrait s'agir de l'épisode de l'Ancien Testament où le prophète Samuel exécute le roi Agag.

    Provenant de la Sainte Chapelle, Paris -
    1243 - 1248 - verre, plomb, grisaille
    Paris, musée de Cluny -
    musée national du Moyen Âge - cat. 69 »


    janvier 1948 - novembre 2003 - avril 2010 - août 2016 - janvier 2019