j'erre à travers mon beau paris

Antiguide de la ville

 

 

Serveur d'images, de souvenirs et de réflexions
surgis au hasard des rues

  • plume
  • monogramme

  • rue Monsieur-le-Prince










    L'étrangère cependant, yeux bleus sous son turban pensif, sourire discret, poursuit ses effets de toilette. Son commensal l'a quittée, d'un baiser dont elle a fait une échappée vers les espaces de ses propres désirs – ou ceux de ses admirateurs. Seule désormais, elle se livre à ses effets de toilette. Longue jupe sur ses longues jambes, le tissu semble de ceux dont on couvre les canapés. Au moment où elle quitte sa place pour celle d'en face, l'étoffe colorée s'ouvre sur sa cuisse blanche. Son regard prend possession de la salle où les conversations continuent. Sans se donner la peine de sortir le moindre petit miroir, elle appose sur ses lèvres un rouge tendre et ce geste est l'essence même du sourire paisible, du charme conquérant.

    Une scène de la vie parisienne, offerte au regard du passant attablé.

       

    C'était en juillet 2008. Une femme à la beauté accomplie, spectaculaire, voit entrer un couple de jeunes amoureux. Baisers timides bien qu'échangés devant l'assistance. Une bulle se déplace autour d'eux. La petite est frêle, malingre, belle pour lui. Son compagnon rayonne de la beauté des années inconnues qui se présentent à lui.



           

           

           


    Les très riches heures du Collège de 'Pataphysique vous apprendront peut-être que« le restaurant Polidor, 41 rue Monsieur-le-Prince, [fut le] lieu de maints banquets duCollège ».





    Parmi ces riches heures, celles des « premiers travaux de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle) » (p. 104) :

    « L'Oulipo est un groupe de recherches sur la mathématisation de la littérature, fondé le24 novembre 1960 vulg. par François Le Lionnais et Raymond Queneau. À la demande de ce dernier, il a été érigé en Sous-Commission du Collège (et ultérieurement en Commission).Le premier recueil paraît dès la fin de 1961, dans le Dossier 17.



    TS : Transcendant Satrape
    GC  Grand Conservateur
    OGG : Ordre de la Grande Gidouille

    Le passant en revient à ses pensées rêveuses et à des souvenirs en construction.

    Le Collège de 'Pataphysique tenait ses réunions ici, dans l'arrière-salle.

    Rien dans le décor ne fait deviner ce titre de gloire qui, ailleurs, serait un argument de vente. Il faut aller sur le site de cette « crèmerie-restaurant » pour apprendre que les disciples de Jarry se concertaient là. Ont-ils pu voir cette plaque imitant celles des rues parisienne et portant cette inscription mi naïve, mi-facétieuse : « Place André Maillet, mécène de la gastronomie »  ?

    Les sciences, qu'elles soient consacrées aux « solutions imaginaires » ou aux réalitiés empiriques de l'estomac, trouvent leur conjonction dans ce « g » qui donne à l'astronomie sa dimension érotique : ici se trouve la véritable origine du point g, celui qui mène… au septième ciel.

    « L'édition de ces

    Très Riches Heures du Collège de 'Pataphysique

    a été conduite,
    sous l'autorité du Corps des Provéditeurs dudit Collège,
    par le Provéditeur-Convecteur,

    avec la collaboration
    de Josseline Rivière, CEOGG,
    pour l'ordonnance typographique, la mise en pages
    & la coordination technique,
    de Béatrice Leca pour la saisie de l'index,
    de Raymond Leroi, AR, pour la révision,
    de IES-Berton, pour la photigravure,
    &
    de Mame Imprimeur
    à Tours, France,
    pour l'impression.

    Le tirage, comprenant quelques dizaines d'exemplaires de Passe-Passe& 3333 exemplaires sur papier couché À toutes les heures,
    a été achevé
    apparemment le 20 avril 2000 de l'ère vulgaire,
    en réalité le 1er palotin 127 de l'Ère Pataphysique
    en la fête des SS. CROCODILES, crocidiles »


    janvier 1948 - juillet 2008 - juillet 2010 - avril 2019