j'erre à travers mon beau paris

Antiguide de la ville

 

 

Serveur d'images, de souvenirs et de réflexions
surgis au hasard des rues

  • plume
  • monogramme

  • où dans les bistros se distille l'âme du peuple


     

    « On se demande pourquoi,dans les cafés, les joueurs appellent si souvent le garçon Descartes. » (Raymond Queneau)

    « Comme quoi le cabaret est le parlement du peuple »
    Ce titre du chapitre XII des Paysans de Balzac fournit au promeneur parisien l'occasion de se plonger dans un abîme de perplexité… et de réjouissance. Cette sorte d'aphorisme où peuvent se distinguer deux versants, l'un démocratique, l'autre aristocratique, cloue le bec aux tenants des institutions certifiées conformes. Combien sont-ils, en effet, ces beaux esprits qui brocardent les non diplômés, les diplômés d'autres écoles, les sans-grades qui pensent et parlent sans se soumettre aux contrôles et dont les conversations sont, en conséquence, qualifiées de discussions de café du commerce ?

    Rue Monsieur-le-Prince

    Papiers trouvés

    À Saint Germain des Prés

    Ivanoë à scooter

    Rue de Rivoli

    Sur l'Île Saint-Louis

    À Montparnasse