j'erre à travers mon beau paris

Antiguide de la ville

 

 

Serveur d'images, de souvenirs et de réflexions
surgis au hasard des rues

  • plume
  • monogramme

  • la tête pleine de choses lues


    Jarry

    « A juxtaposé à A et y étant sensiblement égal, c’est la formule du principe d’identité : une chose est elle-même. C’en est en même temps la plus excellente réfutation, car les deux A diffèrent dans l’espace, quand nous les écrivons, sinon dans le temps, comme deux jumeaux ne naissent point ensemble, – émis par l’hiatus immonde de la bouche de Bosse-de-Nage. »

    Alfred Jarry

    Gestes et opinions du docteur Faustroll, Pataphysicien

    «

    […]

    Livre IV, chapitre XXIX

    DE QUELQUES SIGINFICATIONS

    PLUS ÉVIDENTES DES PAROLES HA HA

     

    Je gage mes oreilles

    Qu’ il est dans quelque allée à bayer aux corneilles,

    S’approchant pas à pas d’un ha ha qui l’attend,

    Et qu’il n’apercevra qu’en s’y précipitant.

    PIRON.

    Il convient de développer ici le coutumier et succinct discours de Bosse-de-Nage, afin qu’on sache que c’est à raisonnable dessein et non par moquerie, que nous l’avons toujours rapporté dans son entière étendue, avec la cause la plus vraisemblable de ses interruptions prématurées.

    « HA HA », disait-il avec concision ; mais nous n’avons point à nous occuper de cet accident, qu’il n’ajoutait généralement rien autre chose.

    D’abord il est plus judicieux d’orthographier AA, car l’aspiration h ne s’écrivait point dans la langue antique du monde. Elle dénonçait chez Bosse-de-Nage l’effort, le labeur servile et obligatoire, et la conscience de son infériorité.

    A juxtaposé à A et y étant sensiblement égal, c’est la formule du principe d’idendité : une chose est elle-même. C’en est en même temps la plus excellente réfutation, car les deux A diffèrent dans l’espace, quand nous les écrivons, sinon dans le temps, comme deux jumeaux ne naissent point ensemble, – émis par l’hiatus immonde de la bouche de Bosse-de-Nage.

    Le premier A était peut-être congruent au second, et nous écririons volontiers ainsi : A ≡ A .

    Prononcés assez vite, jusqu’à se confondre, c’est l’idée de l’unité. Lentement, de la dualité, de l’écho, de la distance, de la symétrie, de la grandeur et de la durée, des deux principes du bien et du mal.

    Mais cette dualité prouve aussi que la perception de Bosse-de-Nage était notoirement discontinue, voire discontinue et analytique, inapte à toute synthèse et à toute adéquation.

    On peut préjuger hardiment qu’il ne percevait que l’espace à deux dimensions, et était réfractaire à l’idée de progrès, qui implique la figure spirale.

    Ce serait un problème compliqué d’étudier en outre si le premier A était cause efficiente du second. Contentons-nous de constater que Bosse-de-Nage ne proférant ordinairement que AA, et rien de plus (AAA serait la formule médicale Amalgamez), il n’avait évidemment aucune notion de la sainte Trinité, ni de toutes les choses triples, ni de l’indéfini, qui commence à trois, ni de l’inconditionné, ni de l’Univers, qui peut être défini le Plusieurs.

    Ni d’autrui. Et le jour, en effet, où il fut marié, il éprouva bien que sa femme était sage avec lui, mais il ne sut point si elle était vierge.

    Et dans sa vie publique, il ne comprit jamais l’usage, sur les boulevards, de kiosques de fer dont le nom vulgaire dérive de ce qu’ils sont divisés en trois prismes triangulaires et qu’on n’en peut utiliser à la fois qu’un tiers ; et il resta jusqu’à sa mort, selon le stigmate du capitaine Kid :

    BOSSE-DE-NAGE

    CYNOCÉPHALE PAPION,

    souillant et dégâtant inconsidérément toutes choses.

    C’est à dessein que nous avons omis de dire, ces sens étant fort connus, que ha ha est une ouverture dans un mur au niveau de l’allée d’un jardin, un trou-de-loup ou puits militaire destiné à faire écrouler les ponts en acier chromé, et que AA se peut encore lire sur les médailles frappées à Metz. Si l’as de Faustroll eût un beaupré, ha ha eût désigné la voile particulière placée sous le bout-dehors.

    […]

    »

    Alfred Jarry

    Gestes et opinions du docteur Faustroll, Pataphysicien

    Pages 75 à 77 de l'édition Poésie/Gallimard